Un journaliste renverse l’épouse d’un ange déchu du régime Biya, devenue pro-Kamto

0
175
TCL TV

Le journaliste Sismondi Barlev Bidjocka n’entend pas caresser du sens du poil, les dissidents d’un régime qui leur a tout donné, et dont ils ont tout pris. Parmi eux, se trouverait le Couple Abah Abah Polycarpe.

L’ange déchu est actuellement tenaillé dans les serres de l’ (Opération) Epervier. Polycarpe Abah Abah, né le 17 septembre 1954 à Zoétélé, dans la Région du Sud, est un homme politique camerounais. Il a occupé  les fonctions de directeur des Impôts (DI) au ministère des Finances, entre 1998 et 2004. De 2004 à 2008, ministre de l’Économie et des Finances du Cameroun.  Le 13 janvier 2015 à Yaoundé,  le tribunal criminel spécial (TCS), juridiction d’exception mise en place au Cameroun pour juger les détourneurs des deniers publics condamne l’ancien ministre des Finances, Polycarpe Abah Abah, à 25 ans de prison ferme. Ce dernier a été reconnu coupable de détournement de plus de 6 milliards de francs Cfa, au moment où il occupait les fonctions de directeur des Impôts (DI).

Le 10 juillet 2020, Polycarpe Abah Abah a comparu devant le TCS dans le cadre du deuxième volet de l’affaire de détournement présumé de fonds publics à la CRTV, l’office public camerounais de radiodiffusion. Dans ce volet, l’ancien ministre de l’Economie et des Finances et ancien directeur général des Impôts est poursuivi aux côtés d’Amadou Vamoulke, ex-directeur général de la CRTV et de Mme Antoinette Essomba, ancienne directrice marketing de la même entreprise, pour le détournement présumé de 3,9 milliards de FCFA.

Rappelons pour mémoire que Polycarpe Abah Abah, condamné à une peine d’emprisonnement de 20 ans dans une autre affaire, a écopé en mars 2019, de 18 ans de prison ferme dans le premier volet de l’affaire de la CRTV, dans laquelle il était poursuivi avec Gervais Mendo Ze, un autre ancien DG du média d’Etat, condamné à 20 ans de réclusion. Il est détenu au SED depuis le 25 mai 2012.

Visiblement déroutée, l’épouse de cet ancien membre du Gouvernement, originaire du Dja-et-Lobo, le département natal du Chef de l’Etat et aujourd’hui en disgrâce, tente de brouiller les cartes en se positionnant du côté de Maurice Kamto, le Président du MRC, lui-même un ancien chevalier du régime BIYA. Une attitude ô combien indigeste pour certains camerounais qui suivent de près l’évolution des choses au pays.

Dans une tribune au vitriol, Caroline Meva, l’épouse de Polycarpe ABAH ABAH, verse sa bile sur le Chef de l’Etat, lui traitant de tous les noms d’oiseaux, pour avoir engagé « un bras de fer entre le gouvernement et le MRC », depuis le 22 septembre 2020. Une sortie de madame Abah Abah que le journaliste Camerounais, Sismondi Barlev Bidjocka trouve malencontreuse.  

« Ce texte (…) de Caroline Meva, l’épouse du Ministre Polycarpe Abah Abah,  le problème de ce texte effectivement c’est l’auteure. Caroline Abah Abah dont le mari est incarcéré pour détournement de bien publique fait partie de la catégorie de camerounais privilégiés vivant avec une cuillère en or dans la bouche, ayant tout eu de ce régime; même la maison qu’elle occupe en France a été acheté par l’argent des Camerounais. La fortune amassée par son mari et elle leur permet de vivre heureux pendant deux siècles. C’est donc très facile, de s’assoir chez les blancs, après avoir été exfiltrée dare dare et se mettre à donner des cours de démocratie. Ce discours, Caroline Abah Abah n’a pas le droit de le tenir, car l’argent amassé par son mari qui lui permet de jouir au sens propre a été acquis sous ce régime qu’elle découvre subitement comme n’étant point démocratique. Caroline ABAH ABAH croit pouvoir échapper à la justice du peuple avec un tel revirement ! Vous vous trompez madame, votre histoire est encore trop récente pour qu’on puisse l’oublier. Pour l’instant, j’ai envie de de vous demander de la fermer », a-t-il réagi sur facebook.

CE TEXTE EST DE CAROLINE MEVA, EPOUSE DE MONSIEUR POLYCARPE ABAH ABAH , ANCIEN MINISTRE CONDAMNE POUR DETOURNEMENT DE…

Publiée par Barlev Sismondi Bidjocka sur Mercredi 7 octobre 2020
Facebook Comments