Littérature – Reviviscence… de Ismaël Teta : Hymne aux « vérités »

0
291
Première de couverture de
Première de couverture de "Reviviscence, avec un zeste réminiscences"
TCL TV

Publié en 2021, Reviviscence, avec un zeste réminiscences est la deuxième publication littéraire de Ismaël Teta après Réminiscences.

Reviviscence, avec un zeste de réminiscences est un recueil qui donne vie aux sens, qui animent et réaniment les sens plus endormis des Hommes. Qui regrettent, qui pleurent, qui s’aiment et se détestent ; pour mieux se retrouver ? Anyway ! C’est ainsi que nous apparaît ce recueil-cri. Ce recueil-espoir pour l’humanité.

Reviviscence, avec un zeste de réminiscences est donc un recueil de 120 pages. Découpé en quatre (4) parties ; chaque partie est introduite par un titre qui s’inscrit comme la thématique générale de la partie.

A mesure que le livre avance, l’écriture de Ismaël Teta s’extrait de l’imaginaire pour mieux s’attacher aux réalités. Face à l’immobilisme, aux crises sociales et à la médiocrité entretenue des gouvernants, le poète n’est pas tendre : il nous invite poétiquement à la réflexion et à prendre partie !

Ismaël Teta dit poétiquement, tout haut ce que les autres, hypocrites et poltrons, chuchotent en public pourtant. Des réalités et des vérités maquillées et adoucies par quelques textes saturés d’amour, de générosité, d’insouciance, de quête de soi.

Nous pouvons affirmer que cette « poésie engagée » développe des thèmes comme la liberté, l’exploitation de l’homme par l’homme, la mauvaise gouvernance, l’amour, la vertu et le vice plus que jamais d’actualité dans nos sociétés !

Ismaël Teta, nutritionniste de formation et humanitaire par passion, certainement, a pris le parti de l’humanité et d’une équité sans mesure avec sa plume. Et ce, de brillante manière, ce qui est tout à son honneur.

Pour la route, ce bout de texte discrètement sexualisé du poète :

« À la tentation salace d’agripper rageusement tes seins

    Je préfère la délicate attention de mes doigts

   Qui câlinent avec une prestesse neurochirurgicale

   T’es mamelons qui pétitionnent pour plus d’animalité » P.19

 

Francelle Elomo

Chroniqueuse littéraire.

Facebook Comments